Envolée de mots – Grains de bonheur

[Passage de relais dans une foule qui avance …]

Une journée à l’APF. J’attends avec impatience l’apparition du Lien. Une bonne journée se prépare. Heureux, le matin arrive. Heureuse, je retrouve mes amis. Je prépare mon pas, mon repas et surtout une bouteille d’eau. Le temps passe trop vite. Le soir arrive. En attendant Optibus on raconte la journée. Je rentre chez moi. Bien fatiguée. Saoule d’oxygène et d’amitié.

Anne-Marie

Maternité, la naissance des enfants dans la maternité pour reconnaître le sien parmi tous les cris, pas évident. Il faut que l’infirmière te dise : « Hé ! C’est salle 4 ».

Cédric

J’ai donné rendez-vous à une copine pour aller voir un chanteur qui s’appelle Michel Télo. J’ai hâte de rentrer dans la salle. Le monde attend pour rentrer. Je suis excitée. On passe les portes grandes ouvertes. Les personnes donnent leur billet à l’entrée. Je trouve où me placer. Ma copine est à côté de moi. Les lumières sont allumées dans la salle. Les gens se sont installés. Le concert commence.

Élaine

La verrière de l’avion est fermée.
Le moteur de l’avion vrombit, je frémis de tout mon être à l’idée de quitter le sol.
Je pousse le moteur à fond, l’avion remonte la piste puis soudain les roues lâchent l’asphalte de la piste, peu à peu le sol se dérobe sous lui.
Nez en avant, toujours plus vite, l’avion monte, monte.
Quelques cirrus irisent de blanc le ciel bleu.
Aucun cumulonimbus ne viendra perturber la quiétude qui est mienne.
Je veux atteindre l’horizon, je me laisse porter, je suis un oiseau libre, j’ai tout oublié, le ciel m’appartient.

Jocelyne

Faire du vélo. La sensation physique. Sentir la force de mes jambes. Faire du vélo sur des petites routes à la campagne. Avec des amis. Je regarde où je vais, je ne regarde pas autour. Je jette un coup d’œil de temps en temps. Je n’irai pas jusqu’à dire que le paysage je m’en fous, mais ça ne m’intéresse pas trop … Je fais du vélo un point c’est tout. Quand je croise une belle fille, je m’arrête … je déraille !

Laurent

Se balader en forêt par des chemins tortueux, marcher dans les feuilles, sur les branches les entendre craquer sous mes semelles. Sentir l’odeur de la forêt, une odeur qui me fait du bien. Comme si elle m’enlevait, me décrassait, me dépolluait. Entendre la présence, le frémissement des oiseaux. Ils sont chez eux.

Brigitte

On s’est tous donné rendez-vous dans ma chambre pour un bon resto avec les copains. Un resto chinois avec tous mes copains et copines. Une dizaine, ceux qui sont à l’APF et hors APF.

Pierre

Écouter de la musique au début lente, lente, douce puis le mouvement s’accélère, le rythme prend de l’ampleur. Danser dans ma chambre. Un moment de pure évasion, les yeux fermés, les bras écartés pour garder l’équilibre, tendus comme des ailes,  je tourne et je tourne. Plein de papillons dans la tête. Je ris aux éclats à n’en plus finir. Est-ce cela l’affirmation, la signification du bonheur ? Danser dans ma chance.

Fathia

Mon jardin de fleurs au coucher du soleil. Plein de senteurs, de couleurs. Je me penche pour les admirer en cueillir l’odeur. Voir les petites bêtes, les abeilles butiner. Je circule dans des allées de buissons sculptés, de personnages, d’animaux, figures mythologiques. Je m’arrête au bord du plan d’eau illuminé de nénuphars et sillonné par des petits canards qui barbotent à la recherche de nourriture. Je rêve. Je repars, inondé, gorgé de … sève, de nature.

Pierre-Jean

Texte collectif issu du recueil de textes de l’atelier d’écriture 2015 « Envolée de mots »

Retrouvez ici un texte du recueil chaque mercredi.

Laisser un commentaire