Envolée de mots – Valentine

Ti tchi ti li, tchi ti li

Arrivé dans le sas du club de la 38° avenue, j’entends déjà derrière la porte l’implacable batterie.

Ti tchi ti li, tchi ti li

Sur le tempo enfiévré semble danser une contrebasse partie à la course aux notes.

Ba doum doum doum di dibidi boum

La porte du sas s’ouvre et je m’engouffre dans la moiteur du club.

A ma droite on discerne dans la salle voûtée, un grand bar à bières en pierre. Volutes de fumées, lumière tamisée d’où s’échappent quelques vapeurs d’alcool, la soirée semble déjà bien avancée.

Plus loin c’est la valse des tables où se font et défont des couples légitimes et illégitimes.

Mais tous les regards convergent vers un seul point : la scène.

Un trompettiste au son chaud égrène quelques notes tandis que le contrebassiste caresse ses cordes avec adresse, tendresse. Derrière ses lunettes noires et son panama de travers, le batteur à l’allure inexpressive garde le tempo sereinement.

C’est alors que la voix suave de la chanteuse vint se caler dans tout ça. Belle black à la poitrine généreuse elle se mit à chanter « My funny Valentine » à la manière de Chet Beker. Tout en douceur, en profondeur. Rien de superflu dans la voix juste un filet de son tenu et ses paroles imparables.

En voyant ma boîte de clarinette dépasser de mon sac, elle me fit signe de les rejoindre sur scène.

La soirée ne pouvait mieux commencer.

Texte de Joris issu du recueil de textes de l’atelier d’écriture 2015 « Envolée de mots »

Retrouvez ici un texte du recueil chaque mercredi.

Laisser un commentaire